Compte-rendu : AEGYPTUS par Talpa – Octogones 2013

Compte-rendu de la partie d’Aegyptus.

5 Octobre 2013.

Vu par Adina.

L’action se déroule en – 2260 avant JC, sous le règne de Pépi II.

Nous nous retrouvons à moitié ensevelis sous du sable et divers gravats. Après avoir repris nos esprits, nous nous rendons compte que nous sommes dans une pièce carrée, est-ce une maison ?

Nous voyons une cheminée loin au-dessus de nos têtes. Finalement, après avoir éviter divers éboulements, nous arrivons à sortir par cette cheminée. La pièce ne faisait partie d’une maison mais d’un mastabas.

Nous n’avons pas le temps de nous interroger plus, une troupe de chacals vient nous attaquer ! Après une lutte rapide mais qui met en déroute ces chacals, nous nous retrouvons.

Nous sommes un petit groupe de 4 personnes, Péribsen, le noyé (élu de Bastet), Elkeb le curieux (élu d’Horus), Adina l’insoumise (élue d’Anubis) et Khamalis-Akhli la guerrière (élue d’Amon-Rê). Nous sommes dans le désert, la nuit vient de tomber et il commence à faire froid. Adina repère un mastabas qui à l’air récent et essaie de dégager une entrée. Après quelques tentatives, nous trouvons une entrée fermée par un pierre scellée au torchis et nous entrons nous mettre à l’abri des chacals et du désert. A l’intérieur du mastabas, une pièce rectangulaire abrite uns statue d’1m50 qui représente le mort dont nous troublons le repos. Il s’agit sans doute d’un fonctionnaire.

Au matin, Elkeb se souvient que nous venons d’Edfou, la capitale du nome le trône d’Horus. Nous décidons d’aller en direction d’Edfou. Nous rencontrons un commerçant qui nous a vendu une corde. Il nous parle de nos mauvaises fréquentations. A priori nous avons été vu avec un vieil homme peu recommandable, venant du caravansérail.

Ayant eu des blessures lors de l’attaque des chacals, nous décidons d’aller au temple d’Horus faire soigner les blessés. Dans la rue, nous passons vers l’atelier d’un forgeron. Elkeb reste tout bête devant la fille de l’artisan. Il reçoit deux claques sur la tête et repart.

Au temple, nous attendons la guérisseuse. Après avoir soigné nos blessés, nous allons interroger le peseur d’or du temple, qui est également le deuxième prophète. Il nous donne le prénom du vieil original que nous connaissons : il s’agit d’Okar.

Dans l’esprit du peseur d’or, Djoued, deux mots se détachent : « surveiller » et « Nepkes ».

Nous repartons mais nous nous rendons compte que Djoued semble soupçonneux à notre égard. Nous décidons de nous rendre au caravansérail. Deux soldats nous suivent désormais. Nous découvrons un nom dans l’esprit d’un des gardes « Djoued ».

Une fois au caravansérail, nous décidons d’aller dormir. Une fois la nuit passée, nous découvrons affolés, qu’Elkeb est couvert de sang et semble ne se souvenir de rien ! Or, des gardes arrivent à sa recherche car le premier Prophète Choudri a été assassiné durant la nuit. Nous prenons la fuite !

Je décide d’aller voir comment réagi la mère de Djoued, Nehut, une riche commerçante. Après tout, c’est son fils qui devient de facto premier prophète !

C’est une riche commerçante aisée. Lorsqu’elle apprend la bonne fortune de son fils, elle ne pense qu’à une chose « réussite ».

Étant toujours poursuivi par des gardes, je décide d’aller chercher une embarcation pour quitter Edfou le plus vite possible. Un pêcheur est prêt à nous embarquer mais seulement demain matin. En marchant dans les rues, je tombe sur Elkeb. Elle l’assomme, le bâillonne et, après avoir retrouvé Péribsen et Khamalis-Akhli, nous le livrons au temple. Nous sommes étonnés de constater qu’Elkeb n’est pas remis à la garde, mais au contraire garder au temple par le premier prophète et certains prêtres. Un peu étonnés, nous décidons d’aller voir la garde pour les prévenir que le présumé assassin du premier prophète a été arrêté. Pendant que nous sommes dans la caserne, nous voyons Okar en prison. Il semble fatigué et terrorisé par une urne funéraire maudite.

Nous retournons au temple, inquiets de l’ambiance générale. Au temple, nous parlons avec des prêtres qui semblent inquiets et perdus. Nous apprenons que Djoued semble lire certains papyrus en secret. Je décide d’aller dans sa chambre fouiller et essayer de les retrouver. Ils sont dans un petit coffre discret. Il s’agit des minutes d’un procès en sorcellerie qui a eu lieu plusieurs années auparavant, incriminant les gens du temple, désireux de voir revenir un « prophète immortel ». Les prêtes arrêtés ont été exécutés.

Nous prévenons l’administrateur général qui envoie la garde au temple arrêté Djoued et ses complices. Elkeb est également exécuté, sans doute possédé par un esprit démoniaque.

Ce que nous n’avons pas vu.

Okar nous a demandé de retrouvé et de détruire une urne funéraire démoniaque contenant le cœur de Nepkès, un hérétique du temple, exécuté. En allant la récupérer, Elkeb est tombé dessus et est mort sur le coup. Nepkès a immédiatement possédé le corps qui s’offrait ainsi à lui. A cause de son pouvoir, nous avons perdus la mémoire.

Le but de Djoued était de réincarner Nepkès et étanché sa soif de pouvoir

Laisser un commentaire