Fruity Frank

(Sortie : 1984. Supports : CPC; MSX. Editeur : Kuma Software)

Fruity Frank (E)L’histoire : Vous incarnez Frank, un jeune homme ramassant des fruits à travers plusieurs tableaux.

Le jeu : Si il y a un jeu qui a bercer mon enfance, sur mon cher CPC Amstrad (le 6128 avec écran couleur, oui je sais, je suis un nanti!) C’est bien Fruity Frank

Alors que les autres jeunes s’éclataient sur Super Mario Bros., moi c’était c’était Fruity! Déjà l’espèce de cerise faite de lignes clignotant de milliers (enfin 15 ..) couleurs me semblait magique!

Et ce petit bonhomme courant dans un dédale qu’il créait lui même en creusant, échappant a des fruits Humanoïdes … juste un pépin à lancer pour les tuer, ou tenter de les écraser en utilisant une pomme et la pesanteur.

Il demandait des nerfs d’acier pour ne pas craquer, Bomberman avant l’heure!

Car oui ce jeu est entièrement fait pour scorer! Suivant le monstres et la manière de le tuer, se gaver de cerises,  tout était fait pour tenter de battre le score en prenant le plus de risque! Ma Konix Speedking en main (un des meilleur joy de l’époque je trouve), C’était des concours de avec ma soeur ou des amis.

Sorti dans les débuts du cpc ce jeu n’est pas une débauche technique digne d’un demomaker, mais les 16 couleurs du mode 0 sont assez bien utilisées pour ne pas faire placard a couleurs criardes (quoique …), Le gameplay est parfait pour l’époque et pourrait même encore donner la leçon à certains jeux actuels. Je pense même qu’il pourrait encore accrocher les casual tant ce jeu est simple a comprendre et addictif! Peut être un jour aurons nous une version HD? On peut toujours rêver!

Mais là vous vous dites : Il n’as même encore mis une image en jeu! et bien non!

vous êtes punis!

pas d’images !

Mais une vidéo!!! c’est t’y pas bon ça?

La prochaine fois on se fait un bomb jack?

6 réflexions au sujet de « Fruity Frank »

      • Non mais j’aime bien c’est fascinant de voir ces jeux. Et aussi la manette qui me fait penser à un phare de vélo et un pion de jeu posé négligemment dessus, l’écran d’accueil du jeu : un trip sous carton et enfin, un doux mélange entre pacman et des fraises tagada côté interface…

Laisser un commentaire